Odile et Alain en voyage

01 août 2011

PEROU 2011

 

3 SEMAINES au PEROU

 

 

Pour avoir des infos complètes

  http://odileenvoyage.canalblog.com/

 

 

 

 

 

 


09 juillet 2010

VOYAGE EN ALLEMAGNE/ AUTRICHE

VOYAGE EN ALLEMAGNE ET AUTRICHE
en passant par l'Alsace et la Suisse

°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°*°

 

 

Pour avoir des infos complètes :

http://odileenvoyage.canalblog.com/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SDC12387

07 mars 2010

BALI : le BLOG

 

BALI

 

Pour avoir des infos complètes :

http://odileenvoyage.canalblog.com/

Posté par odilealain à 15:25 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

05 mars 2010

THAILANDE

THAILANDE

Pour avoir des infos complètes :

http://odileenvoyage.canalblog.com/

 

 

 026_Bkk_Wat_Po2

 

 

 

 

                                                                                 

 

                                                                                 

 

Posté par odilealain à 23:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

21 février 2010

Voyage au Vietnam en Février 2005

Ouvrir ce document pdf pour avoir des infos pratiques sur notre voyage !

Cliquer sur ...    _VOYAGE_AU_VIETNAM_Fev2005_pdf

052_IMG_1730_bord_M_kong

_VOYAGE_AU_VIETNAM_Fev2005_pdf

Posté par odilealain à 09:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

21 janvier 2010

Voyage au Sri Lanka

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                           

Ouvrir ce document pdf pour avoir des infos pratiques sur notre voyage !

                 VOYAGE_AU_SRI_LANKA_pdf   

                                        

Ci-dessous, cueilleuses de thé dans l'intérieur du pays

cueilleusesdeth__portrait

Posté par odilealain à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 décembre 2009

EQUATEUR : Notre SITE

 

 E Q U A T E U R

CARNET DE ROUTE ET INFOS PRATIQUES

Notre site ayant été désactivé (si, si, après presque 10 ans de vie), j'ai retrouvé le carnet de route que j'avais écrit avec LES INFOS PRATIQUES, tout à la fin.

Amazonie_Indienne

En Amazonie, non loin de la frontière colombienne

 

 

 

Mardi 10 juillet 2001 : Arrivée à QUITO

 

Il est 14h 45 à QUITO (en fait -7h, donc 21h45 en France), nous venons de manger de la viande argentine dans un restaurant chic du Quito moderne, et, avant de réserver nos billets pour l'Amazonie, ultime destination de notre voyage en Equateur, nous nous reposons de nos 19 heures de voyage !!!! Après 4 décollages et 4 atterrissages (Amsterdam, Curaçao, Guayaquil et enfin Quito !) ,on serait presque tentés de dire que

la KLM

nous a menés en bateau !

 

 

Temps bizarre, il fait chaud puis cela se couvre puis une toute petite rincée et cela recommence! Nous qui pensions qu’il faisait en Equateur chaud le jour et froid la nuit, nous sommes bien obligés d’avoir toujours à portée de main la veste polaire et le K-Way ! (cf. chapitre « Comment faire sa valise »). Mais Quito, faut-il le rappeler, se trouve à

2800 mètres

d’altitude, cerné par les volcans de

la Cordillère

des Andes.

 

 

Nuit à l’hôtel DEL’HOJA, petit hôtel style « chambre d’hôtes », confort basique mais accueil très chaleureux de Maria et de son mari Javier (cf. adresses dans Infos pratiques QUITO).

 

 

Mercredi 11 juillet 2001 : QUITO - LATACUNGA

 

Après une brève visite du Vieux Quito ou Quito Colonial avec la belle Place de l’Indépendance, nous prenons au terminal de Quito un  bus pour LATACUNGA. Nous allons donc descendre la route panaméricaine par le sud et  longer la Cordillère des Andes pendant 100 km

(Durée du trajet : 2 heures, Coût : 1,5 $ chacun).

 

 

Nous prévoyons une halte de 3 jours à LATACUNGA pour voir le marché de SAQUISSILI, découvrir la Lagune de QUILOTOA et gravir le COTOPAXI, volcan andin de 5897 mètres…mais avec son entorse, Odile, espère faire l’ascension  du volcan à dos d’âne… ou de lama ! (N’importe quoi !)

 

 

Ce premier voyage nous a beaucoup amusés tant il y avait de l’animation dans le bus. En effet, des commerçants ambulants l’envahissaient à certains arrêts en arpentant le bus à toute vitesse pour vendre leur marchandise avant que le chauffeur ne redémarre. Certains – souvent des enfants – vendent des bonbons puis, sans reprendre leur souffle, tentent d’apitoyer les voyageurs en leur racontant leur misère. On trouve toujours quelque chose à boire ou à grignoter : brochettes de viande, glaces (hygiène douteuse, à éviter), chips (hum ! les bonnes papas !),barres de chocolat, boissons et même aussi le remède miracle,  la pommade contre les douleurs en tous genres. Et quand tout ce petit monde a soudain disparu, nous admirons le paysage, en particulier le COTOPAXI au sommet enneigé.

 

 

Nous sommes les seuls étrangers dans le bus mais nos voisins sont très sympathiques et nous renseignent toujours gentiment. Tout au long de la route, des gens font signe au conducteur de s’arrêter. Les chauffeurs dans ce pays semblent toujours presser et ils ne font que ralentir leur bus. Il faut alors être  très rapide pour descendre ou monter sur le marche-pied ! A mi-parcours, nous voyons deux Indiennes (on dit Indigènes ; ce sont les 100 % Indiens, nous apprendrons par la suite qu’ils sont méprisés par les Métis – cf. Communauté indienne de CALPI) se diriger vers le fond du bus, le visage buriné, habillées en costume traditionnel et la houe sur l’épaule. Elles nous paraissent sortir d’un film ou d’un livre d’Hergé, « Le Temple du Soleil » ! Elles reviennent tout simplement des champs !

 

Inoubliable! Mais peut-être est-on en plein film américain et les Indiens n'étaient-ils que des figurants déguisés??????

 

 

Mais nous arrivons à LATACUNGA et trouvons une chambre libre au deuxième hôtel visité. C’est l’hôtel Estamboul, situé en plein centre. On ne lui fera pas de pub car la chambre, avec salle de bains à l’étage, nous coûte tout de même 11 $ ! On voit que la dollarisation  est passée par-là !

 

Le propriétaire de l’hôtel se présente comme étant guide de montagne et nous propose déjà pour la modique somme de 35 $ la matinée au marché de SAQUISSILI et l’après-midi au COTOPAXI. Sagement, nous décidons alors d’organiser nous-mêmes notre balade du lendemain !

 

 

Jeudi 12 juillet 2001 : Marché de SAQUISSILI

Ce matin nous sommes allés à SAQUISSILI, situé à quelques kilomètres de LATACUNGA, voir un marché indien. C'est parait-il le plus beau, tout du moins l’un des plus authentiques... Nous prenons presque en marche le bus déjà bondé, tous les Indiens des alentours se rendant au marché pour acheter et vendre.

 

Le marché s’étend sur tout le centre du village ; il est en réalité composé de plusieurs marchés spécialisés : Le premier est consacré aux fruits / légumes et volailles, lapins  et  cuys  (prononcer couille ce qui veut dire « cochons d'Inde » en espagnol)  très prisés pour leur chair  ( vendus 2 $ pièce). Un peu plus loin, se tient le marché aux vêtements puis celui aux bijoux. Quelques ponchos sont proposés aux quelques touristes présents. Mais le plus spectaculaire, le plus intéressant – et non moins ragoûtant – c’est le marché à la viande.  Là,  ils coupent sur pied à la hache les bœufs. . Ouf, nous avons échappé à la mise à mort en direct mais dans les petits abattoirs de fortune,  des moutons et  des bœufs  pendent et sur des piliers ou simplement accrochés à des portes, s’étalent sous nos yeux découpées à la hache des viscères et des morceaux de viande d’un rouge un peu passé... je vous passe les odeurs !

 

 

Décrire tout ce que nous avons vu sur ce marché, c'est difficile mais que d'impressions, que de couleurs... Le dépaysement total pour nous Européens!!!! On serait tenté de tout prendre en photo, les Indiens dans leurs costumes traditionnels ou en ponchos, petits et râblés, leurs visages comme sortis d'un film ou d'un livre de Tintin & Milou! Ils paraissent irréels, avec leurs charges souvent très lourdes sur le dos, des enfants mais aussi des moutons, des bouteilles de gaz, des fagots de bois... Les enfants ne sont pas non plus inactifs au marché et aident leurs parents... quand ils ne sont pas cireurs de pompes près du jardin public.

 

 

Justement à propos de photos, les Indiens détournent la tête à la vue d’un objectif ou protestent énergiquement mais beaucoup acceptent moyennant une pièce ! Toutes les occasions sont bonnes pour soutirer aux « riches » touristes un peu de leurs sous !

 

Il n’empêche, nous avons été souvent frustrés de devoir « voler » quelques images alors que nous aurions eu envie de tout immortaliser, tant cela était pittoresque. 

 

 

L'après-midi, nous avons cherché un restaurant correct - pas un boui-boui - pour nous sustenter. Côté gastronomie, parlons plutôt de nourriture; Enfin, ce n’est pas cher, on peut manger à  2 à 3 $ pour un plat et 0.80 $ pour une bière. Le mieux, c’est de prendre « l’almuerzo » ou plat du jour. Je n'ai pas l'impression que nous allons festoyer ou alors cela sera à des prix européens comme nous avons fait à QUITO  au restaurant El-Rincon-del-Gaucho (viande argentine) et c’était un repas correct sans plus mais avec un joli décor. Bref, ce soir, ce sera yaourts et fruits pelés dans l'hôtel, cela change du «  pollo con arroz » (poulet avec riz nature). Nous apprécierons, plus tard, la possibilité d’utiliser la cuisine de l’hôtel comme ce fut le cas à Cuenca !

 

 

 

Vendredi 13 juillet 2001 : Zumbahua – Lagune de QUILOTOA

Nous empruntons un vieux bus fatigué et  décati  qui nous conduit à 3200 mètres vers le petit village de  Zimbahua, à partir duquel il nous faudra louer une camionnette pour aller admirer la lagune de Quilotoa.

 

 

Nous grimpons dans la montagne et découvrons un paysage grandiose. Aux multiples arrêts, des paysans montent avec leur cargaison. Même des poules sont juchées sur le toit de l’autobus sous le regard indifférent de deux lamas. Tout au long du parcours nous voyons des Indiens travailler dans les champs. Quel dommage de ne pas pouvoir arrêter le car pour prendre des photos de ces paysages sublimes, de ces mosaïques de champs bien droits qui forment des damiers de couleurs vert clair, vert foncé, jaune paille, gris, marron …

 

 

Arrivés à ZUMBAHUA, un homme avec sa camionnette propose de nous conduire à la lagune avec un arrêt d’une heure là-bas pour déjeuner. Il faut compter 45 minutes pour s’y rendre et prévoir des vêtements chauds car nous montons à 4 000 mètres. Nous négocions le prix avec le chauffeur (10 $ aller et retour en tout pour 5 personnes) et lui payons son repas.

 

Montés à l’arrière de la camionnette débâchée, nous voyons défiler un paysage aux couleurs douces et feutrées, avec une dominante de jaune clair et de gris. Le chemin plein d’ornières est sablonneux et nous sommes bien vite enveloppés par la poussière mais qu’importe, les paysages sont vraiment superbes. Scènes bucoliques, travaux dans les champs, paysans avec leurs troupeaux.

 

 

Halte d’une heure pour admirer la lagune verte. En fait, il s’agit d’un lac aux couleurs turquoise dans un cratère. Belle vue mais le plus beau restera pour nous la route de Zumbahua à la lagune.

 

CONSEIL : Négocier avec le chauffeur de la camionnette l’aller à la lagune puis revenir à pied (16 kms) à ZUMBAHUA. Si vous faites cette randonnée le mercredi, vous pouvez dormir à ZUMBAHUA le mercredi soir (confort spartiate) pour voir le marché du jeudi, paraît-il, très typique).

 

 

Enfin, le chauffeur nous ramène au village mais, mauvaise surprise, celui-ci n’est plus d’accord sur le prix. Nous restons inflexibles et nous engouffrons très rapidement dans le premier bus en partance pour LATACUNGA..

 

 

GROSSIERE ERREUR... surtout pour Alain ! Avant d’entrer dans un bus, nous l’avons appris ce jour-là à nos dépens, bien s’assurer qu’il reste des places assises (asientos libres !). Sinon, on reste debout pendant 2 heures dans la travée du milieu si personne ne descend ! Plafond bas à 1,70m, tête d’Alain cabossée!

 

 

Finalement, nous décidons de ne pas aller au COTOPAXI (35 $ par pers.), refusant de payer le prix fort que les agences imposent aux touristes. Nous ne voulons pas rentrer dans leur jeu… quoique avec le petit train des Andes !!!!!! (cf. plus loin)

 

 

En fin d’après-midi, nous quittons sans regret notre hôtel pour aller à BAÑOS via AMBATO. Durée théorique du trajet en bus : 2 heures. Escale à AMBATO, ville triste aux maisons délabrées ou jamais terminées comme un peu partout en Equateur. Ambato semble être la ville-reine de la voiture avec sa rue commerçante de pièces détachées pour tous modèles de carrosseries. Changement de bus à la gare routière très animée ; les Indiens montent sur les bus des ballots énormes de marchandises mais notre bus de la  Cie « AMAZONAS » va partir pour BAÑOS et nous ne voulons pas rater cela !

 

 

Cette fois, nous nous installons dans un car très confortable. La nuit commence à tomber, nous nous laissons bercer par le roulis du car lorsque tout à coup clameur et crissement de frein puis choc, éclat de vitres. Nous avons heurté en pleine montagne une petite camionnette qui se trouvait en travers de la route.  Palabres interminables dans la nuit, les conducteurs des deux véhicules s’échauffent puis notre chauffeur disparaît emmené par la police. Enfin, après un certain temps, il réapparaît et nous arrivons enfin à BAÑOS. Nous l’avons bien méritée, cette petite ville si charmante dans son écrin volcanique !

 

 

Nuit à l’hostal El-Carruaje-Blanco, bonne adresse conseillée par 3 routardes françaises (cf. nos bonnes adresses dans Infos pratiques)

 

 

 

 

Samedi 14 juillet 2001 : BAÑOS

 

BAÑOS plaît beaucoup aux touristes mais BAÑOS, est-ce bien encore l’Equateur ? Nous avons beaucoup aimé cette charmante petite ville mais peut-être aussi parce qu’elle avait des allures de ville européenne avec ses jolies boutiques et ses petits restaurants coquets et bien éclairés mais quel contraste avec les villes et villages désolés et pauvres que nous venions de traverser ! Ici, les gens vivent mieux et les enfants jouent au patin à roulettes, font de la moto ou du vélo, comme en Europe !

 

 

D’emblée, nous adoptons comme Q.G. du matin la terrasse de l’hôtel PLANTAS & BLANCO. Petit déjeuner divin avec jus de fruits succulents, petits pains faits maison et vue imprenable sur la chute d’eau de la ville, l’église et les volcans. Nous faisons encore là connaissance de gens charmants, des Néerlandais avec qui nous partagerons nos petits déjeuners. Bonjour Hans et Ria !

 

 

Très souvent, le matin, BAÑOS est dans la brume ; les nuages disparaissent souvent en fin de matinée. A 1800 mètres d’altitude, BAÑOS jouit d’un décor naturel magnifique mais il ne faut pas s’y tromper, le volcan tout proche, le Tungurahua qui surplombe la ville, représente un danger pour la population. En 1999, les habitants de Baños ont dû être évacués plusieurs mois durant. Lorsque nous sommes arrivés, l’alerte orange sur la ville venait tout juste d’être levée ! Ouf !

 

 

Balade à chevalaux alentours de Baños :

 

Pas de chance avec mon entorse! Pas moyen de faire une randonnée ! Aussi  je propose une balade à cheval de 4 heures près du volcan Tungurahua,  des cascades, etc ... Comme nous sommes de piètres cavaliers – et là c’est un euphémisme en ce qui concerne Alain qui n’est jamais monté à cheval ! -  le guide nous  assure que nous allons avoir des chevaux dociles!!!!  Alain ne savait pas ce que représentaient 4 heures de cheval, moi si ! mais comme c’était le seul moyen de se promener, je me suis bien gardée de lui dire…. En fait, à part quelques douleurs bien senties au postérieur …

 

 

Le but de la promenade était de voir le fameux volcan mais nous avons bien vite compris, le temps se couvrant une fois de plus, que nous ne verrions rien. La balade était cependant superbe et notre guide Renée très agréable et amusante. Enfin, nous sommes passés par des chemins très escarpés et caillouteux desquels nous avons pu embrasser tout Baños. La fin du parcours vraiment très abrupte a requis toute notre attention ; cambrés sur nos montures, nous n’étions pas trop fiers.

 

 

La même histoire mais vue par Alain, valeureux cavalier:

 

Samedi j'ai fait une balade à cheval (c'était la 1ère fois et ça change des mules de Santorin !), Odile en avait déjà fait un peu dans sa jeunesse.

 

Etre 4 á 5 heures sur cette pauvre bête sur des chemins escarpés, m’a semblé inhumain, j'ai donc voulu ménager ma monture ! Ca m'a permis de marcher un peu contrairement á Odile dont le pied commence á aller un peu mieux mais ne lui permet pas de faire de longues marches. Nous étions accompagnés d'une jeune femme d'environ 25 ans et mère à...13 ans. Déjà 3 gosses. Odile a baragouiné (NDLR : merci Alain !) en espagnol durant toute la balade.

 

 

Dimanche 15 juillet 2001 : Baños - Puyo

 

Hier après 2 h de bus (1.5$) sur des routes parfois très étroites, dangereuses et cahoteuses nous sommes arrives á PUYO (début de la forêt Amazonienne). C’est la même route qui mène au Rio Verde et au Pailon del-Diablo (le Chaudron du Diable), paysages magnifiques, la vallée est encaissée et nous surplombons une rivière. L’assistant du chauffeur se tient sur le marche-pied du bus, porte ouverte, pour vérifier l’état de la route (la pluie, par endroits, provoque des éboulements). De nombreux vélos suivent la même route jusqu’à PUYO.

 

A Puyo, nous avons visité un parc ethnobotanique. Notre guide, un indien QUICHUA, très sympa marchant á pieds nus nous a montré les plantes curatives et fait visiter 2 huttes de tribus SHUARS et HUARONIS habitant le sud de l'Amazonie. Les Shuars, faut-il le rappeler, réduisaient les têtes de leurs ennemis, bien sûr après les avoir coupées mais ils ont abandonné cette pratique depuis 1960. Ils sont aussi polygames. Une hutte, assez grande, abrite le chef avec sa « femme-chef » et ses 14 autres femmes!!!!!!Déjà qu’une c'est dur à supporter ! Quel peuple de masos... (NDLR : Evidemment, c’est Alain qui parle !)

 

 

Lundi 16 juillet 2001 : Baños – Bains d’eaux chaudes

 

Vers 18h. nous sommes allés prendre un bain à la piscina de

la Virgen

(piscine de

la Vierge

, l'histoire est trop longue à raconter...). La particularité de cette piscine est qu'elle est alimentée par l'eau chauffée du volcan qui sort à plus de 40 degrés.

 

 

En fait, on ne peut rester longtemps dans l'eau tellement elle est chaude voire brûlante  et nous avons alterné immersions et repos au bord de la piscine. C'était réellement très agréable car nos voisins "d'eau" équatoriens ont entamé une discut' avec nous sur la "corrupcion", "la policia",...

 

Bref, nous étions 6 ou 7 dans l'eau à tchatcher avec comme décor Baños endormi. Sympa mais extrêmement fatigant. Une fois sortis de l'eau, nous étions très fatigués et nos pieds nous picotaient!!!! Nous avons dormi cette nuit-là comme des souches.

 

 

Mardi  17 JUILLET : BAÑOS -  RIOBAMBA  via le CHIMBORAZO

 

Au total 5 heures de bus  mais quels paysages et cette fois, le soleil est au rendez-vous ! A 7h30 sur BAÑOS plein soleil, petit déj' en terrasse et on en profite pour faire les photos que l'on n'a pas pu faire auparavant.

 

 

AMBATO-GUARANDA-RIOBAMBA: La première partie du voyage en car est superbe, nous contournons le CHIMBORAZO, le volcan le plus haut de l'Equateur,

6 310 mètres

et des brouettes mais comme nous sommes à 3000 voire  à certains moments à

4000 mètres

, il ne nous semble pas si haut que cela! Paysages de montagnes avec mosaïques de champs cultivés puis l'altitude venant, la végétation se raréfie et laisse place à un paysage presque lunaire, une terre grise et fine avec quelques petits arbustes çà et là et au fond des nuages qui s'élèvent. C'est alors que le bus s'arrête. Panne. Mais on s'en fout complètement car on sait bien que tôt ou tard on va repartir. Alain en profite pour aller voir... Le chauffeur est sous le camion mais finalement on repart très vite. Tout juste le temps de prendre un paysage lunaire. A cette altitude présence de lamas et de vigognes.

 

Le soir à RIOBAMBA, nous arrivons à  l´hôtel TREN DORADO. On ne lambine pas  car entre 18h et 19h il faut aller chercher les billets pour le petit train des Andes du lendemain ! Et à 18heures, il y a déjà une grande file d’attente devant le guichet. Que des touristes !

 

 

Mercredi 18 juillet 2001 – Petit train des Andes ( RIOBAMBA – ALAUSI – Nez du Diable 

 

ALAUSI)

 

Réveillés à 5 heures du matin, nous partons pour la gare et déjà beaucoup de touristes sont installés sur les toits des deux wagons de tête. A priori plus de places pour nous sur les toits mais le chef mécanicien nous en trouve encore deux et nous propose gentiment de monter dans sa loco en cours de route! Il en profite pour nous proposer à chacun un petit coussin à 1 $ pour adoucir les chocs sous nos petites fesses.

 

 

Nous quittons RIOBAMBA et rapidement nous entrons dans la campagne. Tout au long du voyage, des vendeurs de boissons, sucettes, casquettes, chocolats se succèdent sur les toits pour nous proposer leurs marchandises. Ce sont même parfois des enfants; leur déplacement sur les toits, avec nos pieds entravant le passage, est assez dangereux. Ils s'accrochent à nos mains pour ne pas tomber. Chemin faisant, le paysage se transforme et nous entrons dans des vallées encaissées.

 

 

Nous sommes mal placés. En fait, il fallait s’asseoir du côté droit (sens de la marche) pour les plus beaux paysages, et pour le prix - 15 $ - on se sent lésés; de plus, le froid et l'inconfort après 4 heures de route sur le toit se font sentir. A la fin du parcours aller, le train doit négocier 2 virages formant un Z et qui plus est sur une pente raide. Grâce à une astuce consistant à parcourir la partie centrale du Z en marche arrière, le convoi peut franchir cette difficulté.

 

 

Arrivé au terminus, au nez du Diable,la loco est détachée du reste de la rame et par un système de voie parallèle, la motrice vient s’arrimer à l’arrière du train. Demi-tour !

 

 

En photographiant la manœuvre, j’aperçois le chef-mécanicien qui, de sa machine, me fait signe de monter à bord. J’appelle Odile, restée sur le toit. Un Hollandais, fana de trains, se joint à nous. Là, au moins, nous sommes aux premières loges. L'ambiance dans la locomotive est très bon enfant, les agents nous passent leurs casquettes pour la photo mais arrivés à destination, notre si sympathique chef-mécano nous tend à nouveau sa casquette mais cette fois-ci pour récolter quelques dollars !!!! Le geste qui tue! Et nous qui croyions avoir été choisis pour notre bonne mine!!!!!! Tout est moyen de nous extorquer de l'argent.

 

 

Enfin, le petit train termine sa course à ALAUSI où nous décidons de rester une journée avant de repartir le lendemain matin pour le marché de GUAMOTE (direction RIOBAMBA) et surtout avant de rejoindre

la Communauté Indigène

(à 8 kms de RIOBAMBA) que nous voulions absolument connaître (d’où ce petit crochet dans notre itinéraire).

 

 

Alausi, petite bourgade équatorienne bien tranquille – sauf les jours d’arrivée du petit train des Andes et le dimanche, jour du marché – nous abrite pour la nuit. Enfin, nous n’avons pu dormir que lorsque la télévision assourdissante collée derrière le mur de notre chambre s’est tue vers 1 heure du matin.

 

 

Et là, il faut absolument parler de l’omniprésence du bruit chez les Equatoriens. Partout, dans les bus, dans les cafés, les restaurants (sauf les restaurants chics), la télé, voire même 2 télés à la fois avec des programmes différents, fonctionnent toute la journée. Image et son de très mauvaise qualité, certainement dû à une mauvaise réception. Qu’importe, la télé pollue… Les Equatoriens semblent tellement l’aimer qu’ils acceptent à longueur de journée des spots publicitaires interminables coupant sans cesse leurs émissions.

 

 

Jeudi 19 juillet 2001 –  Alausi – Marché de GUAMOTE

 

Ciel dégagé à 7H30 sur ALAUSI puis comme d'habitude le soleil joue à cache-cache avec les nuages mais c'est souvent les nuages qui gagnent (crème solaire superflue!). Départ pour GUAMOTE, petit village très pauvre et à l'hygiène douteuse mais qui abrite un marché le jeudi des plus colorés et pittoresques.

 

 

Le marchés'étend sur tout le haut du village, sur plusieurs rues et représente vraisemblablement la grande animation de la semaine (avec les arrivées du petit train des Andes certains jours à 9h00 car le petit train s’arrête un quart d’heure à GUAMOTE avant d’aller à ALAUSI).

 

Ce marché attire tous les Indiens des villages avoisinants qui débarquent avec qui son cochon qui son âne qui son mouton pour les vendre à d'autres Indiens venant également avec d'énormes ballots de marchandises. Sur le toit des bus, dès 10 heures, ils commencent à charger moutons et porcs noirs. Le marché vit, grouille, coloré par les ponchos rouges des hommes et les étoles en laine multicolore et chatoyante des femmes (rose indien, rouge, vert, bleu, mauve...), les jupes et bas de laine de couleurs. Souvent, leurs têtes sont couverts d’un petit chapeau bombé très seyant, décoré d’une petite plume. Certaines femmes, coquettes, arborent plusieurs rangées de colliers.

 

 

REPAS : Vu l'état général des gargotes, les odeurs aussi, nous préférons acheter nos tomates, avocats, bananes,... et nous confectionner nous-mêmes un repas dans le jardin public sous le regard curieux des Indigènes. Finalement, les capsules pour désinfecter l'eau, achetés par Alain, nous sont très utiles pour laver les fruits et légumes.

 

 

A la fin du marché, les rues sont jonchés d’un nombre incroyable de détritus. Nous nous demandons si tout va être nettoyé avant l’arrivée du petit train des Andes qui passe demain matin à l’endroit même où a eu lieu le marché.

 

 

Nuit : très froide à 3000 mètres dans la chambre d'hôtel.

 

 

VENDREDI 20 & Samedi 21JUILLET / GUAMOTE (petit train côté jardin)

 

& Communauté Indigène de CALPI

 

Dès 9 heures, nous prenons position à quelques 100 mètres de la gare pour photographier dans la campagne l’arrivée du Petit Train des Andes avec son chargement de touristes sur les toits. Finalement, nous prenons plus de plaisir à être spectacteurs que sur les toits. Une fois le train passé, nous le retrouvons à la gare et là, ô surprise, nous tombons sur le chef de la locomotive qui vient nous saluer !

 

 

L’arrivée du train anime le village et c’est l’occasion pour les Indiens de gagner un peu de dollars en restaurant les touristes. Nous nous rappelons en particulier des beignets aux bananes, absolument délicieux !

 

( 0.10$ pour les Equatoriens, 0.25$ pour les touristes, curieux non ?)

 

 

Puis départ pour RIOBAMBA puis autre bus pour CALPI(20 minutes de route) : 

Nous arrivons au presbytère  attenant à une imposante église toute en briques. Le curé, Pierrick Vandorpe nous accueille dans son salon et nous explique ce que sont les communautés indigènes (donc les Indiens de souche, non métissés) et son action auprès d'eux.

 

 Les indigènes n'habitent pas dans le village mais aux alentours, dans la campagne. Ils sont méprisés des métis de Calpi (donc moitié espagnol, moitié indien) et ces mêmes habitants de Calpi supportent mal que le prêtre s'occupe plus des indigènes que d'eux … d'où des quêtes peu lucratives à la messe du dimanche à Calpi!

 

 

Pierrick nous a emmenés dans les communautés indigènes le premier soir et nous avons assisté à la rentrée du bétail, spectacle bucolique à souhait qui nous a ramenés quelques décennies en arrière. Nous étions en train de serrer des mains avec le curé quand le premier troupeau est arrivé composé d'un âne ou deux portant la luzerne, des brebis avec leurs petits, de petit cochons noirs, d’une vache et de son veau et bien sûr des chiens. Terminaient enfin la marche femmes en costume traditionnel, hommes et enfants.

 

 

Le prêtre nous a impressionnés par son engagement total, sa volonté, son énergie et aussi son libéralisme. On est loin de la vieille église réac' catho que nous avons subie! Pierrick est à l’initiative de nombreux projets visant à sortir les indigènes de leur misère ( ils vivent avec 1 ou 2 dollars par jour!). Ainsi, il prévoit - toujours en accord et en relation étroite avec eux - de construire un atelier de fabrication de chapeaux, de pulls, de trouver à fabriquer un nouveau fromage, de reproduire une céréale très riche mais abandonnée depuis très longtemps par les Espagnols, la quinoa, de créer une mini-entreprise de confitures de carottes et ananas (délicieux parait-il), de construire des canaux d'irrigation,...

 

 

Cependant, l'argent fait douloureusement défaut. Ainsi, rien que pour les 6 kms de canalisations (uniquement le matériel), il cherche FF 120 000. Avis aux aimables donateurs!

 

 

Mais un de ses projets qu'il affectionne particulièrement est l'écotourisme. Il vient tout juste de terminer avec l'aide des indigènes la construction d'une superbe maison qui abritera tous les touristes qui voudraient découvrir la manière de vivre, la culture des indigènes (Nous n'avons pu en bénéficier car nous sommes arrivés une semaine trop tôt. Il est également possible, voire souhaitable, que les touristes participent - d'une façon ou d'une autre à la vie des indigènes. Dans cette maison, quelques pièces serviront de salles de réunion ou de fabrication artisanale pour les Indigènes.

 

 

Ainsi, Pierrick poursuit de nombreux buts : faire connaître la vie des Indigènes aux touristes, accueillir des bénévoles européens (ou stagiaires),  ouvrir les Indigènes sur le monde et d’autres cultures, sans compter que l’écotourisme va rapporter un peu d’argent et leur donner du travail en plus !

 

Le soir, nous nous retrouvons autour d’une soupe avec 6 jeunes Français, pour la plupart des étudiants en stage, tous en charge d’un projet. L’un d’eux vient de terminer un court-métrage sur la vie des Indigènes.

 

 

Ces deux jours passés au contact des Indigènes nous ont permis d’imaginer la vie rude de ces gens. Ils ont constitué un des moments forts de notre voyage. Nous regrettons seulement de ne pas avoir pu rester plus longtemps mais 3 semaines en Equateur, c’est juste et puis rien ne nous empêche de revenir avec un projet précis pour aider les Indiens.

 

 

Si vous avez l’occasion de visiter une communauté indigène, allez-y !! et si en plus, vous voulez les aider, pourquoi ne pas y rester un certain temps? Cela doit être une expérience très enrichissante ! Et de plus, vous verrez et vivrez autre chose que le touriste lambda.

Info de dernière heure (4.9.2011): Voici sur ce post des commentaires concernant cette communauté. J'apparais sous le pseudo d'omega3. Un des internautes donne les dernières infos qui me ravissent; je vois que cela n'a pas changé. 
http://voyageforum.com/v.f?post=4493583&idl=627465&idl2=1465275&idl3=816614255&%3b#4493583 

 

 

 

 

Dimanche 22 Juillet 2001 :Route de RIOBAMBA à  CUENCA.

 

6 heures de bus et quel bus! Il est confortable mais bondé, totalement en surcharge et Alain toujours sur le point de voir atterrir quelqu'un sur ses genoux! Quelle idée avons-nous eu d être assis juste devant !. Le chauffeur prend sur la route tout le monde et de nombreux paysans portent d'énormes ballots ou colis... Le paysage est superbe, nous confirmons. De GUAMOTE jusqu’à ALAUSI et bien au-delà, c'est vraiment à voir! Nous suivons en fait la route du petit train des Andes. Seulement là, la route est en surplomb alors que le petit train roule au fond de la vallée. Paysages grandioses en patchworks.Malheureusement, nous ne verrons plus rien, les derniers kilomètres, le temps se couvrant de plus en plus.

 

 

 

Du Lundi 23 au Mercredi 25 Juillet 2001/ CUENCA

 

Nous venons d arriver à CUENCA, charmante ville du sud du pays et le temps a l’air plus clément. Si nous pouvions avoir plus de soleil ! Notre hôtel EL MONASTERIO, est situé à côté de

la CATEDRAL VIEJA

en briques rouges - vous ne pouvez pas le manquer, elle est superbe avec ses dômes bleus ! - et devant

la Place San

Francisco où tous les matins, les Equatoriens se massent en espérant trouver du travail.

 

 

Donc, aujourd´hui, belle journée ensoleillée à CUENCA, nous allons le matin dans un immense marché (Guide du routard : Feria Grandele mercredi)en périphérie. A cette occasion, nous avons pris un bus urbain, le chauffeur speedait en laissant à peine monter ou descendre les gens, j´ai bien cru que le jeune homme en béquilles allait s´écraser par terre! Pas de pitié pour les éclopés! A croire que les chauffeurs de Cuenca sont payés au rendement! Marché intéressant mais sans touristes! Cela a été l´occasion de nous réapprovisionner pour notre cuisine car, grande nouveauté, nous avons accès à une cuisine dans l’hôtel et nous pouvons enfin faire notre « popote » avec les bons produits de l’Equateur (tomates, avocats, bananes, thon,…) Fini le « pollo con arroz » (poulet au riz) !

 

 

En fait, nous nous sommes surtout reposés à CUENCA, y avons fait des rencontres intéressantes ( Hallo Vivian und Mark !) et visité la ville (+ le musée des cultures aborigènes). Nous serions bien allés au Parc El Cajas (randonnées) mais les 10$ de droit d’entrée par personne nous en ont dissuadés.

 

 

Du Jeudi 26 au Dimanche 29 juillet : AMAZONIE – Réserve de CUYABENO

 

Départ à 7 heures de CUENCA en avion pour LAGO AGRIO (Amazonie) en passant par QUITO.

 

(NB : Itinéraire compliqué mais avec l’entorse d’Odile, nous avions été obligés de différer notre séjour dans l’Oriente car une marche de 3 heures était prévue qu’Odile n’aurait pu faire début Juillet.)

 

 

Arrivés vers 11 heures à l’aéroport de LAGO AGRIO, nous retrouvons les 10 autres participants du groupe. Après 3 heures de minibus  sur une piste accidentée (100 kms), longée par des pipelines, nous arrivons dans la réserve de Cuyabeno. Nous ne nous laissons pas impressionner par les militaires équatoriens armés jusqu’aux dents. Finalement, cela nous rassure plutôt, les terroristes colombiens menaçant les populations dans cette région frontalière.

 

Puis nous embarquons en pirogue à moteur vers notre campement quelque part dans la forêt amazonnienne. Le trajet dure plus de 3 heures et se termine à la nuit tombée. Nous sommes étonnés de voir notre piroguier se diriger à la seule lueur d’une petite torche, d’autant plus que de nombreux arbres couchés entravent le fleuve Cuyabeno. Enfin, nous arrivons à notre campement uniquement éclairé par quelques bougies.

 

 

Le campement est constitué de deux huttes principales : la cuisine avec la salle à manger pour la première hutte et pour la seconde, disposés sur un plancher sur pilotis, 12 matelas protégés par des moustiquaires. Une autre hutte, un peu à l’écart et toute petite, abrite deux sanitaires de fortune. Et pour la douche ? Vous avez le choix entre la rivière (sans piranhas !) ou la bassine d’eau !

 

 

Vendredi, après un petit déj’ copieux, notre guide métis Lenin, 27 ans, nous propose une marche de 3 heures dans la forêt pour y découvrir oiseaux et plantes. Il nous explique alors que nous nous trouvons dans la forêt de succession vieille de 600 ans (qui a donc succédé à la forêt primaire). Nous voyons peu d’animaux et déjà la crainte d’Odile– le mot est faible ! – de me trouver face à un python ou de toucher par erreur une araignée s’estompe. En fait, tous ces animaux doivent se cacher à notre approche car nous faisons beaucoup trop de bruit.

 

 

Mais déjà, la forêt se transforme en jungle avec un entrelacs de lianes inextricables, une végétation touffue, de nombreux palmiers et arbres exotiques. La forêt vierge telle qu’on se l’imaginait ! Le parcours en forêt retient toute notre attention, des passages difficiles dans la boue ou sur des troncs d’arbres, petits ponts de fortune. La balade est sportive mais très agréable mais nous voyons peu d’animaux. Déjà plus aucune frousse de faire une rencontre désagréable !

 

 

L’après-midi, nous allons voir un village indien ; en fait, une famille de 10 enfants vivant dans une grande hutte sur pilotis. Le prétexte de cette visite est la fabrication de galettes de manioc (appelé « yucca ») de l’arrachage de la plante à sa cuisson.

 

 

Le manioc est retiré de la terre ; il se présente comme une racine noire, de la taille d’une grosse carotte. Une fois ramassés, nous revenons dans la hutte où nous attendent, complètement avachis par terre ou endormis sur des hamacs, les hommes et les enfants de la maison ! La mère va alors laver les racines de manioc, les râper, en extraire l’eau puis passer la pâte obtenue au tamis pour obtenir une farine fine.

 

Enfin, sur une grande poêle posée sur un feu, elle va cuire cette farine délicatement éparpillée ; celle-ci va former une galette que nous pouvons déguster tiède.

 

 

Puis, la nuit tombant, nous quittons cette famille pour la chasse aux caïmans reconnaissables dans la nuit à leurs yeux rouges. Malgré l’attention redoublée de notre guide, nous revenons bredouilles à notre campement. Le crépuscule suivant sera plus favorable à la découverte de petits caïmans, en fait très bien dissimulés sous la végétation dense aux bords du Rio.

 

 

Au cours d’autres sorties, nous aurons l’occasion d’observer de la pirogue – souvent de très loin et dans le calme le plus total pour ne pas les effrayer – de nombreux oiseaux (rapaces, hoatzins, toucans, aras), des singes parfois, quelques serpents dont un anaconda mais, il faut le dire, sans notre guide, nous n’aurions pas pu observer ces animaux bien cachés aux abords du fleuve. Dans la forêt, Lenin nous a montré quelques araignées, des insectes tels que les fourmis au chocolat et l’autre guide qui, avec sa machette nous ouvrait un chemin dans la jungle, a confectionné pour nous un sac à dos en feuilles de palmier, nous montrant une des nombreuses utilisations du palmier.

 

 

Voilà, notre petit tour en Amazonie est terminé. Nous revoilà à LAGO AGRIO pour un dernier repas pris avec le groupe. Au passage, saluons nos deux Ch’tis, Yvette et Guy et deux Espagnols bien sympathiques avec lesquels nous sommes repartis à Quito (Hola Lurdes y José !).

 

 

Lundi 31 Juillet 2001 : QUITO – Préparatifs de départ pour PARIS

 

Notre départ est imminent. L’après-midi est consacré à trouver des timbres de collection dans une Poste de Quito et vous ne le croirez pas. On n’en a pas trouvé ! Enfin, Odile retrouve sa sœur et son beau-frère, venus à leur tour découvrir l’Equateur.

 

 

Voilà, les vacances sont bien finies ! Les souvenirs se bousculent mais nous garderons surtout un excellent souvenir du marché de GUAMOTE et des marchés indiens en général, de la communauté indienne, de la route contournant le Chimborazo, du tronçon Riobamba-Cuenca avec une vue fabuleuse sur les Andes, La route Zumbahua-lagune de Quilotoa, Baños et aussi de la gentillesse des Equatoriens. Et puis, n’oublions pas non plus toutes les rencontres avec d’autres touristes, Pierrick Van Dorpe et notre guide Lenin en Amazonie qui ont jalonné notre séjour.

 

 


 

INFOS PRATIQUES

 

 

FAIRE SA VALISE:

 

Nous étions loin de nous imaginer qu’il ferait ce temps en Equateur. En gros, temps très changeant de montagne. Peu d’occasions de se mettre en short et en sandales. Prévoir toujours un gilet.

 

3 pantalons toile ou jean(ou pantalon acheté sur place), 1 chemise longue en coton, 3 ou 4 T-shirts dont un sans manches, 1 gilet léger, 1 polaire et 1 K-Way (tous les jours petite pluie), des chaussures de randonnée ou Pataugas et 1 short pour l’Amazonie ou

la Côte.

 

Dans les hôtels, il y a souvent la possibilité de faire laver son linge.

 

 

VOL :

 

Par

la KLM

, le vol PARIS-QUITO passe à l’aller par Amsterdam, Curaçao et  Guayaquil. Au retour, escales à Curaçao et Amsterdam.

 

Il est, paraît-il, difficile de modifier son parcours après avoir pris son billet, par exemple de s’arrêter à Guayaquil à l’aller puis au retour de partir de Quito, ce qui évite de nombreux déplacements en bus.

 

Pour le vol du retour, prévoir taxe d’aéroport de 25 $ par personne. Arriver 3 heures à l’avance si vous ne voulez pas être victimes du surbooking.

 

 

 

DUREE DU SEJOUR :

 

Si vous voulez voir

la Côte

, les Andes et l’Amazonie, comptez un mois. Pensez que le pays est petit mais que les distances sont longues entre les villes car les routes sont sinueuses et les bus parfois un peu poussifs !

 

 

Mais si vous prévoyez de vivre une semaine ou plus dans une Communauté Indigène, alors partez plus longtemps !

 

 

 

ITINERAIRE :

 

Il faut bien le préparer car le plus difficile – surtout si comme nous vous ne restez que 3 semaines – cela va être de se trouver aux jours de marché indiqués dans la bonne ville. Prévoyez de visiter au moins un marché, voire deux !

 

Nous avons eu un coup de cœur pour GUAMOTE, peut-être aussi parce que nous y avons passé la journée et la nuit. Si OTAVALO est plus authentique, nous ne pouvons pas vous le dire, n’ayant plus le temps de nous y rendre.

 

 

 

DOLLAR :

 

Tout se paie en dollars. Prévoir une certaine somme de dollars avant de partir car les hôteliers et commerçants – pour la plupart – refusent le paiement par Carte Bancaire et dans les villes, bien se renseigner s’il y a un distributeur de votre Carte Bancaire. Par chance, nous avions

la Carte Visa

et

la Mastercard

, ce qui nous a permis de retirer de l’argent à chaque fois.

 

 

Attention ! Il n’y a pas énormément de distributeurs dans chaque ville, donc faire une petite réserve d’argent au cas où le distributeur serait vide. Prévoir du liquide et des traveller-chèques en dépannage.

 

 

 

PRIX :

 

Les prix ne sont pratiquement jamais affichés. Il faut négocier et savoir que les Equatoriens ne paient pas la même chose que nous. Par exemple, aux bains de

la Virgen

à BAÑOS ou pour les vols intérieurs. Il y a intérêt à savoir compter en espagnol pour pouvoir discuter les prix !

 

 

 

CYBERCAFES :

 

Ils sont légion. Il n’y a qu’à GUAMOTE où il n’y en a pas. Par contre, la connexion n’est pas toujours très bonne. Compter entre 0.80$ et 3$ l’heure de connexion.

 

 

HEBERGEMENT :

 

Les prix des guide sont à revoir à la hausse, la dollarisation étant passée par là.

 

Pas besoin de réserver. A part à LATACUNGA où le premier hôtel était plein, nous avons toujours trouvé une chambre.

 

On peut trouver à moins de 3 $ par personne une chambre (premiers prix).Pour des chambres correctes – le plus souvent avec salle de bains / WC dans la chambre, il faut payer entre 4 et 6 $ par personne (cf. nos bonnes adresses) Certains hébergements mettent une cuisine à disposition des touristes. Bien pratique pour se faire la popote… et aussi avoir des contacts avec les autres touristes.

 

Possibilité de faire nettoyer son linge à l’hôtel. Bon marché.

 

 

REPAS :

 

Petit déj’ :Compter entre 1$ et 2$. Ressemble à notre petit déjeuner français mais avec en plus jus de fruit naturel et œufs (huevos fritos).

 

Autres repas:Dans les petits restaurants genre snack, compter 2 $ pour un plat du genre « pollo con arroz » (poulet avec riz) et 0.80$ pour une bière. Dans les restaurants chics, vous mangerez un peu mieux mais surtout, vous aurez un joli décor (à l’européenne) et une musique douce (et pas la télé qui beugle !!!).

 

Repas faits soi-même dans la cuisine de l’hôtel de Cuenca : Nous avons mangé pour 24F/pers/jour.

 

 

 

TAXI:

 

Une course de taxi en ville : entre 1 $ ET 2 $. Demander le prix avant d’entrer dans le taxi et le faire baisser le cas échéant.

 

A l’aéroport de Quito (situé dans la ville), pour aller au Quito moderne, pas plus de 5 $ ! Certains hôteliers proposent de venir vous chercher à l’aéroport.

 

 

BUS :

 

Un réseau très important de bus va vous permettre de visiter l’Equateur. Aller à chaque fois au terminal terrestre de bus de la ville.

 

On paie soit au terminal, soit dans le bus. Attention, si les places sont à régler dans le terminal, certaines sont numérotées. N’oubliez pas de choisir du côté où le paysage est le plus beau !

 

Pour info, un trajet QUITO-LATACUNGA (2 heures) coûte 2 $ par personne, un trajet RIOBAMBA-CUENCA 6 $.

 

Conseil d’amis ! :  Assurez-vous qu’il y a encore des places assises dans le bus car rester debout pendant 2 heures, ce n’est pas confortable du tout ! Attendez le bus suivant si vous le pouvez !

 

Le chauffeur de bus s’arrête où vous voulez. Il suffit de se pointer vingt secondes avant et lui dire « Gracias » ! Vous pouvez manger dans le bus, des tas de vendeurs vont l’investir et vous proposer chips, brochettes,… mais attention à l’hygiène ! Enfin, vous aurez en sus de la musique sud-américaine ! Si vous en avez envie, faîtes passer votre cassette de musique française pour leur faire découvrir un peu de notre culture !

 

 

VOLS INTERIEURS :

 

Par exemple, un QUITO-CUENCA coûte pour les étrangers 54 $. Pas de taxe d’aéroport demandée en sus. Demandez si vous devez confirmer votre vol.

 

 

 

EXCURSIONS ET SEJOURS PROPOSES PAR LES AGENCES :

 

Les agences appliquent des prix européens comme par exemple à LATACUNGA où ils proposent pour 35$ la matinée au marché de SAQUISSILI et l’après-midi au volcan de COTOPAXI.On voit tout le profit que les agences font du tourisme. Autre exemple, le Petit Train des Andes où on nous a demandé 15 $ pour le trajet !

 

 

 

SOINS MEDICAUX

 

Les médicaments sont très chers et vendus à l’unité. Vous renseigner avant de partir mais il paraît que vous pourrez vous faire rembourser vos ordonnances de retour en France.

 

 

Prévoir dans votre trousse de pharmacie – outre les habituels médicaments contre paludisme, diarrhée & aspirine – des médicaments contre les troubles digestifs, la constipation et les coups de froid (gouttes dans le nez, pastilles pour la gorge, sirop…)

 

 

 

TIMBRES & CARTES POSTALES

 

Pas donné non plus ! Carte postale + timbre revient à

10F

. S’y prendre à l’avance pour acheter des timbres car ils n’en ont pas toujours (incroyable !). Coller à côté du timbre un auto-collant de 2 centavos pour un affranchissement correct.

 

 

 

 

ADRESSES UTILES & nos bonnes sorties

 

 

QUITO

 

 

Hôtel DEL’HOJA

 

Maria Augusta PEÑA OJEDA

 

Geronimo Leyton N23-89 y Avenida

la Gasca

QUITO

 

Tel : (593) 02 560-832

 

delhoja@hotmail.com

 

 

Accueil chaleureux. Ne parlent pas anglais, seulement espagnol. Maria & Javier sont à l’écoute des voyageurs et peuvent vous donner des renseignements utiles sur l’Equateur et venir vous chercher à l’aéroport.

 

Hôtel un peu excentré, à 10 minutes en taxi (2 $ maximum) du Quito Moderne. Confort basique. Possibilité de garder vos sacs. Nuit : 5 $ / personne + petit déj’ : 1,10$/personne.

 

 

Restaurant bon et pas cher:

 

El Brasero

 

Colon 1540 y 9 de Octubre

 

Prendre 1 parrillada para una persona (viandes sur gril) , très bon et très copieux en fait pour deux personnes. A deux, on peut manger bien pour 7 $

 

 

 

LATACUNGA

 

 

Hôtel ESTAMBUL (dans le Guide du Routard)

 

Calle Belisario Quevedo 73-40

 

Tel: (03) 800-354

 

 

Hôtel situé en centre-ville. C’est le seul avantage de cet hôtel !

 

Petite Chambre : 5,50$/personne avec salle de bains à l’étage + petit déj' pour 1.5 $ chacun

 

Taxi : 1$ pour aller au terminal mais si vous n’avez pas une entorse, vous pouvez y aller à pied, tout de même ! Non, m’enfin !

 

 

Le patron est guide et propose des excursions mais essayez de l’organiser vous-mêmes ou de trouver moins cher !

 

 

Que faire dans le coin ?

 

Jeudi : 1 jour marché de SAQUISSILI,

 

Vendredi : une journée pour

la Lagune

de Quilotoa(prendre bus à Latacunga pour Zumbahua puis de Zumbahua demander à un taxi-camionnette de vous conduire à

la Lagune

de Quilotoa (45 minutes en camionnette) puis de

la Lagune

revenir à pied (16 kms). Paysages absolument magnifiqueset nombreux Indiens et animaux dans les champs. Négocier clairement le prix avec le chauffeur, 4 $ maxi par personne.

 

Dormir à Zumbahua (pour l’hébergement, demander à l’homme de la camionnette, il y a un bâtiment-hôtel  en face du marché. Confort basique, sans confort mais pour une nuit…)

 

Samedi : Marché à ZUMBAHUA puis redescendre en bus sur LATACUNGA.

 

 

 

 

BAÑOS:

 

 

Hostal El Carruaje blanco  (signifie

la Diligence

blanche)

 

Calle Luis A.Martinez y 16 de Diciembre

 

Tel. 03 740913

 

 

Situation centrale idéale, tout près de l’hôtel Plantas y Blanco où vous pourrez prendre sur la terrasse un somptueux petit déjeuner à 2 $ environ.

 

L’hôtelière Inès est une dame très sympathique qui vous propose sa cuisine.

 

Possibilité de faire laver son linge à 0.80 $ le kilo.

 

Chambre correcte avec salle de bains/WC (eau chaude garantie) pour 4 $ par personne.

 

 

Que faire dans le coin ?

 

·         Bains chauds à

la Piscina

de

la Virgen

, après 18 heures. Prix : 1 $

 

·         Balade à cheval de 4 heures (15$ par personne) vers le volcan Tungurahua, vue plongeante sur Baños.

 

·         Balade en bus ou à vélo au Rio Verde (Chaudron du Diable) ou Puyo (début de l’Amazonie)

 

·         Et d’autres balades encore que nous n’avons pas faites comme le marché de Pelileo.

 

 

 

 

RIOBAMBA

 

 

HOTEL TREN DORADO (dans le Guide du Routard)

 

Carabobo 2235 y 10 de Agosto

 

A

25 mètres

de la gare du Petit train des Andes !

 

 

Joli petit hôtel**, chambres avec WC/SDB à 6$ par personne, petit déjeuner à 2$ par personne.

 

 

 

Que faire dans le coin ?

 

  • Aller passer quelques jours dans

    la Communauté Indigène

    de Calpi.

     

  • Faire le Tour du Chimborazo en prenant un bus Riobamba-Ambato via Guaranda. Paysages superbes

     

à

4 000 mètres

d’altitude (+ lamas et vigognes) et Chimborazo tout proche à photographier sous toutes ses coutures.

 

  • Le Petit train des Andes de RIOBAMBA à

    la Nariz

    de Diablo (15$ par personne).

     

(Attention ! Trains le mercredi, vendredi et dimanche. Retirer la veille entre 18h et 19h les billets.)

 

 

GUAMOTE

 

 

HOTEL RAMADA INTERNACIONAL

 

Propriétaire Efrain GUADALUPE

 

Tel : 03 916 242

 

 

Le seul hôtel du village. Pas besoin de réserver car peu de touristes. Vous serez pratiquement les seuls sur le marché !

 

 

4$ par personne. Pour l’instant pas de petit déj’ à l’hôtel mais le gérant veut attirer les touristes à GUAMOTE et prévoit de nombreux aménagements en vue de satisfaire sa clientèle. On lui fait confiance !

 

 

COMMENTAIRES. A notre avis, cela ne vaut pas vraiment le coup de prendre le petit train; c'est cher pour ce que c'est. Le mieux est de prendre un bus à RIOBAMBA et de descendre à GUAMOTE le jeudi matin vers

 

9 heures pour le marché (attention, le bus s'arrête avant le village mais

300 m

de marche), poser sacs a dos dans le seul petit hôtel de GUAMOTE  "HOTEL RAMADA INTERNACIONAL" tenu par M.GUADALUPE, homme charmant et, en plus, il parle anglais Le jeudi, marché très pittoresque (cf. récit) jusqu'a 16heures environ. Le lendemain matin arrivée du fameux petit train vers 9h00 à GUAMOTE, la où a eu lieu le marché. Belles photos à prendre.

 

 

 

Que faire dans le coin ?

 

Marché de Guamote le jeudi

 

Arrivée du Petit Train des Andes à 9hoo le vendredi matinà la petite gare. (également le mercredi et le dimanche matins)

 

 

 

CALPI

 

Communauté Indigène

 

Pierrick VANDORPE

 

Tel : (03) 949.337

 

pierrickvandorpe@hotmail.com

 

Contactez d’abord Pierrick avant de venir !

 

Si vous désirez aider financièrement

la Communauté

, n’hésitez pas non plus à contacter le prêtre.

 

 

 

ALAUSI

 

 

Autre alternative possible au Petit train. Prendre le bus de GUAMOTE à ALAUSI. Possibilité aussi de coucher à ALAUSI. Puis vers 11 heures (se faire confirmer l’heure d’arrivée du train) prendre le petit train des Andes pour aller à

la Nariz

del Diablo, le parcours le plus spectaculaire. S’asseoir côté droit sens de la marche.

 

 

Le petit train vous ramènera à ALAUSI d’où vous pourrez prendre quelques heures plus tard un bus pour CUENCA.

 

 

 

CUENCA

 

 

Hotel EL MONASTERIO,

 

Padre Aguirre  7-24 y Sucre,

 

tel 00 593 7 843609

 

www.hostalmonasterio.com

monasterio724@hotmail.com

 

 

Chambres à 6$ la personne, en principe avec WC/SDB dans la chambre (Bien le demander).

 

Coup de cœur pour cette adresse. L’hôtelier, au départ timide mais très sympathique, prépare le matin le café à prendre dans une cuisine bien aménagée et réservée aux touristes. L’endroit idéal pour se faire des copains !

 

6eme étage avec ascenseur qui marche et terrasse pour bronzer

 

Vue imprenable sur

la Place San

Francisco et

la Catedral Vieja.

 

L’hôtelier qui aimerait être référencé dans les guides nous a demandé quels aménagements il devrait faire. Nous lui avons alors demandé de changer les matelas vraiment trop mauvais des chambres 4 et 7 ! Donc, cela devrait être fait lors de votre prochain passage !

 

 

Que faire dans le coin ?

 

 

Visiter Cuenca

 

Aller le mercredi au marché en bus :

La Feria Grande

 

 

Ici les liaisons en bus sont très bien organisées mais pas bcp de voitures particulières. Les gens sont très gentils et avenants... C'est vraiment le dépaysement total. Demain nous quittons BAÑOS pour une communauté indienne tenue par un prêtre français Encore une nouvelle étape...

 

 

 

Le soir, sac de couchage chaud + 2 bonnes couvertures. Short inutile depuis le début, et je ne vous parle pas des sandales. Et nous qui pensions qu il faisait chaud sous l Equateur !

 

 

 

 

Inoubliable! Mais être est-on en plein film américain et les Indiens n'étaient-ils que des figurants déguisés??????

 

 

, nous mangeons maintenant pour

24F

/ pers / jour. (cuisine perso à Cuenca)

 

Entrée de la réserve de CUYABENO : 20$ par personne

 

 

Posté par odilealain à 22:31 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

Notre BLOG sur l'AFRIQUE

En 2006, nous sommes partis en Afrique, au BURKINA FASO, au TOGO et au BENIN. Nous voulions y rencontrer un ami français, missionnaire au Burkina, notre filleule togolaise que nous ne connaissions pas encore et aussi, bien sûr, découvrir ce petit coin d'Afrique.

Le BLOG raconte notre "'périple". La partie la plus intéressante se trouve au milieu et au début de notre blog, en particulier la rencontre avec un roi à DASSA.

http://odile-alain.over-blog.net/

P7180243

Village burkinabè (Pama)

P7240381

Le petit roi de Tré (Dassa au Bénin)

Posté par odilealain à 19:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]